Mes humeurs à quelques jours de notre mariage

De quelle humeur suis-je à quelques jours de mon mariage?

 

Nous sommes à quelques semaines de nos grands jours.

Hé oui, nous avons choisi de nous unir civilement mais également spirituellement au cours d’une célébration protestante. Entre ces 2 événements prévus en mai s’écouleront une quinzaine de jours.

Alors, quid de mes certitudes, mes doutes, mes envies, mes questions, la manière dont je gère le temps, le stress à quelques semaines de ces événements ?

Accrochez-vous, c’est parti pour un tour d’horizon de mes humeurs.

Humeur sereine

Ce dont je suis certaine à cet instant précis ?

C’est que je souhaite m’unir à cet homme exceptionnel qui partage ma vie, qui fait de moi quelqu’un de meilleur, qui embellit chacune de mes journées et qui me donne de l’espoir, des rêves, du respect, de la complicité, des rires et beaucoup d’amour et de tendresse.

Humeur inquiète

Parfois, stress et doutes m’envahissent…

À 3 reprises durant notre année de fiançailles, nous avons douté sur la manière de célébrer notre union, des personnes à inviter ou non (histoires de familles et autres), budget serré … Nous nous posions des questions importantes telles que « Est-ce qu’on choisit d’inviter tous ceux auxquels ont tient et on ne fait qu’un vin d’honneur ? » ou «Est-ce qu’on restreint le nombre d’invités et nous faisons un souper après le vin d’honneur ? ».

Difficile de bien faire pour que tout le monde soit satisfait… Peur de décevoir, peur d’être accablés de reproches, peur d’être incompris, peur d’être  blessés par nos proches… C’est un véritable parcours du combattant !!!

Mais avec un peu de recul, cette étape permet de mieux nous connaître – soi-même et son autre moitiée – tout en consolidant notre relation. La clef : la communication et l’écoute de l’autre.

Humeur pratique

En ce moment, nous sommes fatigués.

Chéri et moi gérons de notre mieux notre temps pour réaliser les décorations maison et autres bricolages pour que notre mariage nous ressemble : simple, sobre, joli, pétillant, rempli d’amour et avec un brin de magie.

Je suis devenue, en parallèle de ma vie de femme, de fiancée, de professionnelle, une véritable coordinatrice de mariage. Je suis le pilier de ces grands jours qui se préparent. Même quand j’essaie de déléguer, car pour cette dernière ligne droite nous avons encore beaucoup de choses à faire sur une durée de temps très limitée, on me charge de faire d’autres choses en parallèle, ce qui au final me donne tout autant de travail. Ce n’est pas grave. Le jeu en vaut largement la chandelle. Je me suis dotée d’un petit carnet qui me suit dorénavant partout. Il est tout le temps dans mon sac à main. J’y note de manière systématique tout ce que je dois faire, les nouvelles tâches, les réponses de nos invités qui ont été listés, mes idées, mes envies, les cadeaux reçus pour ne pas oublier ensuite de remercier tout le monde. Je suis une fille très méthodique et je peux vous dire que pour moi, ça marche très bien. J’ai une vue d’ensemble de ce qu’il me reste à faire en temps réel et ainsi je n’oublie rien.

Humeur requinquée

J’apprends à lâcher prise, à demander plus de soutien à Chéri, à nos témoins et à ma famille proche. Dès que possible, je prends un peu de bon temps pour moi pour être efficace dans les tâches à effectuer. J’essaie d’aller me faire masser 1 fois tous les 2-3 mois, en fonction de mes moyens, chez une amie, qui est près de chez moi, afin d’être en harmonie dans mon corps et pas seulement dans ma tête avec mon petit carnet hihihihihihi. Elle a la gentillesse de nous offrir à Chéri et moi, un massage relaxant d’une heure chacun, 48 heures avant la cérémonie religieuse. C’est son cadeau de mariage, toujours apprécié et bien utile !

A un certain moment…. mes nerfs ont lâché car j’avais le sentiment de crouler sous toutes les tâches qui incombaient à notre union, en plus de celles de la maison. Je n’arrivais plus à souffler… Après une discussion, j’ai reçu l’écoute, le soutien et l’aide dont j’avais besoin, ce qui m’a reboosté et encouragé dans ce que j’avais déjà fait et ce qu’il reste à faire.

Humeur égoïste

Je me demande par moment si tel ou tel choix est judicieux ou non. Puis, je finis par me dire que ce jour là nous avons aussi le droit de penser un peu à nous, avant toute chose c’est NOTRE journée, NOTRE union et c’est également NOUS qui payons la facture. Alors, nous faisons au mieux, pour tout le monde. En ce qui concerne le reste, nous faisons ce à quoi nous tenons, peu importe ce que les gens en diront. Et nous partons également du principe que les gens qui seront présents seront là pour nous, pour partager notre joie, le reste importe peu.

Humeur organisatrice

Maintenant, malgré la fatigue, nous avons bien avancé. Il nous reste des petites choses à mettre en place : écrire nos vœux respectifs, envoyer la playlist au Dj, repérer les lieux où nous souhaitons faire les photos le jour J, trouver un gilet qui aille avec le costume de Chéri, vérifier que le bouquet de mariée et la boutonnière nous seront bien livrés à domicile le jour J, car c’est un membre de la famille qui nous les offre et qui s’en est occupé, finir de préparer et de rassembler les décorations des salles, connaître les différents prix de vin rouge pour accompagner notre repas de mariage et par conséquent le choisir, …

Humeur impatiente

Nous sommes impatients d’y être. Et de pouvoir se remémorer tout ça… Le grand jour, parait-il, passe beaucoup trop vite, ce d’autant plus quand on connaît toute la préparation qu’il y a derrière depuis de nombreux mois. Alors …. à suivre 😉

Un commentaire?

commentaire(s)

No comments

You must be logged in to post a comment.